Sélectionner une page

la convoitise est un vilain défaut

Dans un fort de l’armée américaine, au temps des cow-boys et des Indiens.
Alors qu’ils sont en train d’uriner dans les toilettes du fort, le capitaine ne peut s’empêcher de voir l’engin monstrueux du caporal, que ses hommes avaient pourtant surnommé : ‘ptite bite’.
Le capitaine lui dit :
– Dis-donc, ptite bite, qu’est-ce qui s’est passé ? On t’a toujours appelé ptite bite, mais je vois qu’il va falloir te donner un autre surnom. Ta bite fait bien 30 cm de long, c’est incroyable !
– Je vais vous expliquer pourquoi, mon capitaine. Il y a deux jours, je faisais ma patrouille de surveillance un peu au nord. En passant sous un chêne incroyablement haut, je vis un génie assis sur une des branches de l’arbre. Le génie me dit: « Je suis un génie. Je peux exaucer un de tes voeux si tu le désires. Je t’écoute ! ». Je lui ai demandé un sexe comme celui de mon cheval. Depuis le temps qu’on me surnommait ptite bite, je n’attendais que ça… Voilà toute l’histoire, mon capitaine.
Le même jour, le capitaine prend son cheval et se dirige vers le nord. Arrivé près du grand chêne, il trouve effectivement le génie… Et il ne trouve pas d’autre voeu à formuler que celui de son caporal :
– Génie, j’aimerais moi aussi avoir un sexe comme celui de mon cheval !
Une heure plus tard, le capitaine rentre au fort en hurlant :

– Quel est l’abruti qui m’a sellé une jument ce matin ?

A propos de l'auteur

Laisser une réponse